Où est passé le sucre ?

Je voudrais vous faire part d’une expérience personnelle.

Je me suis lancée dans une recette de pâtes de fruits (que vous trouverez sur mon site) et je voulais acheter du sucre cristallisé en hyper et ô combien fut ma surprise de constater que le rayon des sucres, des « vrais » sucres diminue au profit des édulcorants de synthèse.

J’ai eu un mal fou à trouver ce sucre tout en bas du rayonnage. Normal, il n’était pas à hauteur de mes yeux.

Et c’est là que je m’interroge ? ? ? Doit-on se priver de sucre et pour quelles raisons ?

Certes, le sucre favorise la carie, le surpoids et l’obésité mais le cerveau et les muscles en ont besoins !

Au fait, qu’appelle-t-on « sucre » et « sucres » ?

Le « sucre » (ou saccharose) représente la constitution de deux éléments ou unités de base : le glucose et le fructose. C’est le sucre courant que l’on ajoute dans nos aliments pour leur donner une saveur sucrée.

Les « sucres » représentent les glucides simples comme le lactose, le maltose.

Les glucides complexes (amidon) composés de plusieurs dizaines d’unité de base sous forme de glucose se retrouvent dans les tubercules (pommes de terre, igname, taro, manioc …), les céréales (blé, avoine, riz, orge, maïs …), les légumineuses (lentilles, haricots secs, pois chiches …).

Ces glucides simples ou complexes apportent du glucose indispensable à l’organisme.

Qu’il soit de canne ou de betterave, le sucre (saccharose) apporte 4 kcal au gramme, ce qui veut dire qu’un carré de 5 g (le sucre n° 4) apporte 20 kcal.

Pour la petite histoire, le sucre nous a été apporté de l’Inde du temps d’Alexandre le Grand sous forme de canne à sucre et était considéré comme un produit de luxe. Très rare et donc cher, le sucre a été vendu chez les apothicaires. Considéré comme une épice, il servait à assaisonner les plats salés au Moyen-Age. Les recettes de plats sucré-salé ne datent pas d’aujourd’hui !

Je ne voudrais pas faire spécialement l’éloge du sucre et je n’ai aucun apport financier de la part des sociétés qui nous fournissent le sucre mais j’ai comme la nette impression que ce produit redevient aussi rare qu’il l’a été à ses débuts !

Personnellement, et sans citer de marques, je trouve que ses remplaçants (édulcorants intenses, stévia, sucralose et j’en passe …) ne sont pas à la hauteur d’un point de vue gustatif et financier !

La saveur sucrée est une saveur fondamentale comme le salé, l’acide et l’amer. Cependant, seul le goût sucré est instinctivement apprécié et donc si l’attirance est très forte, je pense qu’il serait souhaitable de réduire progressivement la consommation de sucre et d’aliments sucrés et de jouer sur les quantités à ajouter dans nos recettes, dans nos boissons et nos laitages, c’est-à-dire de réduire les apports et de les équilibrer sur la journée, plutôt que de se sentir obligés de le supprimer totalement.

L’équilibre alimentaire, c’est aussi se faire plaisir !

Voilà, c’était mon coup de gueule envers les sociétés qui nous imposent massivement des substituts du sucre et qui nous suppriment le plaisir de choisir notre « sucre » !

Nicole KUCHARSKI

Publicités