Ma réaction à une émission sur France2

Après un long silence, je reviens sur ce blog.

Je voudrai réagir envers une émission passée le mardi 29 janvier 2008 sur l’insuffisance rénale. Je n’ai pas suivis l’émission en direct mais j’ai été informé de la possibilité de visionner la vidéo sur le site Internet de France 2 (france2.fr) !

Il a été question du recours à des diététiciennes pour une prise en charge diététique adaptée afin de retarder le recours à la dialyse.

J’ai été surprise d’entendre, en fin d’émission, de la part de Madame Brigitte-Fanny COHEN que notre travail est indispensable mais qui nous apprend « qu’on manque de diététiciens en France » !

Je la remercie d’informer les gens sur notre travail et principalement sur le fait que nous étions formés pour adapter un régime non seulement en fonction de la maladie mais également en fonction des goûts des patients.

Je suis étonnée d’entendre Monsieur LEYMERGIE demander à une personne nommée Laura : « Il faut combien d’année de formation ? On a ça sur un site ? Il y a des écoles qui forment à ça ? il faut faire des études, pendant combien d’années ? Etudes courtes, études longues ? … »

J’espère que Monsieur LEYMERGIE s’est effectivement informé comme il l’a annoncé sur les études de diététique !

Pour information, il existe non pas une école mais des écoles qui préparent à la profession de diététicien.

Le titre de « diététicien » est acquis après deux ans d’études après le bac, scientifique de préférence, soit après avoir obtenu un BTS diététique (c’est mon cas), soit un DUT Génie biologique option Diététique.

Ces études durent effectivement deux ans, ce qui est peu ! Cependant, le niveau acquis en physiologie, biochimie et physiopathologie est équivalent à une première année de médecine, auxquels s’ajoutent des cours de nutrition, alimentation, régimes, techniques culinaires.

En BTS (que je connais), la formation nécessite, en plus des cours théoriques et pratiques, des stages en restauration collective, en milieu thérapeutique (hôpitaux) et optionnel (sur un lieu de notre choix) pour un total de :

  • 6 semaines en restauration collective ;
  • 10 semaines en milieu thérapeutique ;
  • et 4 semaines pour un stage à thème optionnel.

L’examen se passe en septembre de chaque année et non pas en mai comme les autres BTS.

Ce qui fait que la formation nous donne la possibilité de travailler dans différents secteurs liés à la diététique et à la nutrition.

Cependant, malgré ce qui a été dit dans cette émission (Télématin) présentée par Monsieur LEYMERGIE, cette profession connaît le chômage !

Il est très difficile de trouver un emploi de diététicien après ces années de formation !

Les raisons à mon avis : tout un chacun se permet de donner des conseils diététiques et voire de se substituer à notre profession ! La dérive est facile !

De plus, à la différence des autres professions paramédicales, les consultations diététiques ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale.

Cependant, depuis 2007 un texte de loi définit avec la loi N° 2007-127 du 30 janvier 2007 qui modifie le Code de la Santé Publique, rubrique auxiliaires médicaux (chapitre 4, livre 3, titre 7) !

Ce qui revient à dire que : « __Art. L. 4371-2 – Seules peuvent exercer la profession de diététicien et porter le titre de diététicien, accompagné ou non d’un qualificatif, les personnes titulaires du diplôme d’Etat mentionné à l’article L. 4371-3 ou titulaires de l’autorisation prévue à l’article L. 4371-4. Art. L 4371-6 – Dérogations d’exercice du métier pour les personnes pouvant continuer à exercer le métier de diététicien__.

Le terme de « nutritionniste » est un qualificatif qui ne définit pas une profession. Ce qualificatif peut être utilisé par toute personne (médecin, ingénieur, diététicien,…) ayant une formation en nutrition. »

Depuis l’Arrêté du 4 mai 2007 modifiant l’arrêté du 27 mai 1998 relatif à la mise en place d’un nouveau traitement automatisé de gestion des listes départementales, les diététiciens ont l’obligation de s’enregistrer sur le fichier ADELI.

Il existe des dispositions pénales :

« Art. L 4372-1 – Exercice illégal L’exercice illégal de la profession de diététicien est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

Art. L 4372-2 – Usurpation du titre L’usage sans droit de la qualité de diététicien est puni comme le délit d’usurpation de titre prévu à l’article 433-17 du Code pénal. »

J’espère que les médias réviseront leur copie et approfondiront leurs informations concernant notre profession tant prisée mais qui fait de nous des esclaves du chômage !

Nicole KUCHARSKI